• Pionnier, Audubon l'était d'abord au sens strict : à 18 ans, ce Nantais part pour les États-Unis vivre de chasses et de cueillettes. Là, dans ces grands espaces américains encore vierges, il prend la décision de recenser et de peindre tous les oiseaux. Nouveauté pour l'époque : il les représente dans leur environnement. Ses scènes d'oiseaux dans la nature ne doivent pourtant pas nous faire oublier ces autres Scènes de la nature, où Audubon nous raconte la vie d'aventures qu'il mène, une vie faite d'épreuves, mais aussi et surtout de liberté, dans une nature sauvage, immense et belle. Marais de pins, prairies, ouragans... Audubon se révèle, dans ce recueil de récits et d'anecdotes, un grand écrivain de nature writing, peintre des paysages menacés par le progrès. « Quand je vois, écrit-il, le trop-plein de la population de l'Europe s'acharnant avec nous à la destruction de ces malheureuses forêts [...] ; et quand je me dis que, pour tous ces changements si extraordinaires, il a suffi de la courte période d'une vingtaine d'années ; alors, malgré moi, je m'arrête, saisi d'étonnement »...   Présentation par Henri Gourdin  

  • Au Québec, sur les bords du lac Saint-Jean, en 1928. Pendant que de nouvelles crues dévastatrices frappent les propriétés des riverains installés sur le pourtour de cette véritable mer intérieure, Emma Cloutier est retrouvée noyée près de la ferme ancestrale.Ce deuil cruel sème la discorde et le mensonge dans la famille Cloutier, surtout lorsque Jacinthe, la soeur aînée de la victime, tente de comprendre ce qui s'est réellement passé. Menant sa propre enquête, elle découvre peu à peu les sombres secrets que préservait jalousement Emma, institutrice à l'allure si sage, que tous croyaient bien connaître... Après le formidable succès  de la saga L'Orpheline des neiges, Marie- Bernadette Dupuy nous entraîne dans un nouveau tourbillon de passions et d'aventures dans les décors fabuleux du Canada.

  • Tout commence aux premières heures de lhiver, quand la vallée revêt son manteau de neige, cristallisant les formes, les sons et la vie elle-même. Ici, rien ne se décide sans laccord tacite de la Nature qui impose, non sans magie, ses règles et ses caprices. Dans ce décor, souvenir dun monde désormais abandonné à la modernité, des histoires et des vies se font et se défont au rythme des saisons. Tous les personnages sont intimement liés au milieu qui les entoure, comme au vieux cerf, animal mythique symbolisant la relation que chacun entretient avec la vallée. En mêlant une description précise et immersive de la nature et une poésie fantasmagorique, André Bucher entraîne le lecteur dans un lieu où réalité et rêverie semblent constamment cohabiter.

    Écrivain-paysan, André Bucher est né en 1946. Après avoir exercé mille métiers (bûcheron, docker, berger), il sinstalle à Montfroc, dans la Drôme, en 1975, où il vit toujours. Il est un des pionniers de lagriculture bio en France. Il est aussi lune des voix les plus singulières de la littérature française contemporaine. Son écriture mêle célébration de la nature sauvage et étude psychologique en un phrasé scandé, haché, ourlé dimages à linquiétante beauté. La Vallée seule est son septième roman.

  • Le vent nous portera

    Jojo Moyes

    Animée par une soif d'aventures et de grands espaces, Alice s'éprend d'un bel Américain et s'empresse d'accepter sa demande en mariage, laissant derrière elle son Angleterre poussiéreuse. Mais le rêve américain est mis à rude épreuve au cours de la Grande Dépression dans la petite ville du Kentucky où elle atterrit, entre un mari qui s'avère décevant et un beau-père au tempérament ombrageux.
    Aussi, quand la jeune femme répond à l'appel d'Eleanor Roosevelt pour créer des bibliothèques ambulantes afin de lutter contre l'illettrisme, c'est d'abord pour échapper à son quotidien étouffant. Elle se lie alors d'amitié avec Margery, une femme qui n'a peur de rien ni de personne. Ensemble, elles se jettent à corps perdu dans l'aventure et sillonnent à cheval les montagnes du Kentucky, bravant tous les dangers, pour apporter des livres dans les zones les plus reculées. Mais s'il y a bien une chose dont ces porteuses d'histoires ne manquent pas, c'est de courage.

    Un roman profondément émouvant sur l'épopée de la culture et l'émancipation féminine.

  • En 1991, Mariusz Wilk s'est retire sur les îles Solovki, archipel isolé de la mer blanche, véritable microcosme des dépouilles de I´empire soviétique. De là, il observe et tente d'expliquer le quotidien de la vaste Russie, ses contradictions, sa misère et ses grandeurs.
    À Solovki, se reflète I´histoire tumultueuse et complexe de la Russie avec ses hauts et ses bas. L'île abrite en effet depuis des siècles un monastère centre de I'orthodoxie, mais aussi les restes du SLON, premier camp de travail force d'Union soviétique, véritable laboratoire du goulag établi au lendemain de la révolution de 1917. Pendant les six ans de son séjour, Wilk a connu chacun des mille habitants de Solovki, évoqué avec eux leurs destins broyés, pittoresques ou cocasses, affronte avec eux un environnement hostile, mais aussi partagé leur fascination pour I´étrange beauté des paysages du Grand Nord.
    Wilk nous offre là un document d'une rare valeur, une véritable mine de renseignements servis par un style image et lyrique. S'il s'inscrit dans la lignée des écrivains-reporters célèbres en Pologne tels que Kapuscinski ou Krall, son regard original a la fois décalé, fascine et complice fera date dans le genre particulier du reportage littéraire.

    Mariusz Wilk (né en 1955) vit en Russie depuis plus de vingt ans. Opposant politique en Pologne, il y a été emprisonné pendant « l´état de guerre ». En 1989, il quitte la civilisation pour aller vivre dans les îles Solovki et, dix ans plus tard, en Carélie. Il a publié aux Éditions Noir sur Blanc : Le Journal d´un loup (1999), La Maison au bord de l´Oniégo (2006), Dans les pas du renne (2009), Portage (2010) et Dans le sillage des oies sauvages (2013).

  • Quand Denis O'Connor et sa femme reviennent au cottage de la Hulotte, ce dernier est à l'abandon. Ils décident alors de lui redonner vie.
    Ces travaux de restauration ravivent le souvenir de Toby Jug, et Denis décide sur un coup de tête d'adopter quatre chatons maine coon qu'il nomme Pablo, Carlos, Luis et Max.
    Il nous raconte avec tendresse et humour les progrès et les bêtises de ces chatons espiègles.
    Cette douce chronique faite d'incursions dans la campagne sauvage du Northumberland est ponctuée d'incidents charmants. Mais quand Pablo disparaît brusquement, Denis se souvient de Toby et du lien très fort qui unit l'homme et le chat.
    « Tous simplement magique ! » - The Daily Mail
    « Un livre destiné à devenir un véritable classique pour tous les amoureux des chats. » - Cat Wisdom 101
    « L'histoire touchante d'un homme et de ses chats, qui reste avec vous longtemps après avoir tourné la dernière page. » - The Conscious Cat
    « Chaque tome de Denis O'Connor est une belle découverte et un pur bonheur, celui-ci ne dérogeant pas à la règle. » - Les Chroniques d'Evenusia
    « Si vous aimez les animaux, Quatre chats dans le coeur est fait pour vous ! » - Focus Littérature

  • Après À pas de velours de Denis O'Connor, retrouvez Toby Jug, le maine coon du Northumberland, un chat presque humain.


    Ces charmantes chroniques vous raviront le coeur.

    C'est une nouvelle année de la vie de Denis et de Toby Jug qui nous est contée. Retrouvez les habitants du cottage de la Hulotte, Toby et son humain préféré, dan de nouvelles aventures en cette année 1969, riche en événements.
    Mais ce sont les petites choses, les rituels du quotidien qui font sa richesse. Après tout, rien n'est plus significatif qu'une vie rythmée et vue à travers les yeux d'un chat. Et quel chat !
    « Un récit magnifique. » - The Crack
    « Une ode à un temps et un monde rural depuis longtemps disparus. » - MyShelf.com
    « Cette vie de chat ô combien attachante va réchauffer le coeur des lecteurs du monde entier. » - Lancashire Evening Post
    « Une histoire charmante pour les lecteurs de 7 à 77 ans - et bien au-delà. » - The Pulse

  • « Le kayak et son propriétaire, Grant Hadwin, forestier expérimenté, étaient portés disparus depuis plusieurs mois. L´homme était un fugitif recherché pour un crime étrange et sans précédent. » Un soir de l´hiver 1997, dans les îles de la Reine-Charlotte, un bûcheron de Colombie-Britannique nommé Grant Hadwin commet un acte d´une violence inouïe. Sa victime est légendaire : un épicéa de Sitka vieux de 300 ans, haut de 50 mètres et entièrement couvert de lumineuses aiguilles dorées. Dans un geste paradoxal, qu´il conçoit comme une protestation contre les dommages causés par l´homme à la nature, Hadwin s´attaque à l´arbre avec une tronçonneuse. L´épicéa tombe deux jours plus tard, jetant la communauté locale dans la consternation. L´Arbre d´or était non seulement une curiosité scientifique, un miracle et une attraction touristique, mais il était sacré pour le peuple des Haïdas. Peu de temps après avoir confessé son crime, Hadwin disparaît dans de mystérieuses circonstances ; à ce jour, il n´a pas été retrouvé.
    En dénouant les fils de cette histoire vraie, John Vaillant donne à voir la beauté sauvage des côtes de l´Alaska ; il décrit les tensions historiques entre les Européens et les Indiens haïdas, la vie âpre et brutale des bûcherons, ainsi que l´histoire de l´abattage des arbres en Amérique du Nord et ses conséquences pour toute la civilisation occidentale.

    « Dans une prose riche et imagée, Vaillant évoque le luxuriant milieu naturel où l´épicéa d´or est apparu... Absolument captivant. » The New York Times John Vaillant collabore à divers journaux et revues, comme The New Yorker, The Atlantic, National Geographic. S´intéressant aux frictions entre l´homme et son milieu naturel, il a voyagé à travers les cinq continents. L´Arbre d´or est son premier livre, paru au Canada en 2005 et récompensé par le prestigieux prix du Gouverneur général. Le Tigre, paru en 2010, est un succès dans de nombreux pays ; il a reçu le prix Nicolas Bouvier en 2012. John Vaillant vit aujourd´hui à Vancouver.
    John Vaillant a reçu le prestigieux prix Windham Campbell 2014 pour l'ensemble de son oeuvre.


  • Après Le Bon, la Brute et le Toudou, retrouvez Tom Cox et ses chats aussi imprévisibles qu'adorables !

    C'est avec émotion que Tom Cox quitte le Norfolk, accompagné de ses chats terriblement charismatiques bien décidés à rendre le déménagement aussi chaotique que possible ! Un autre chapitre commence alors pour les félins et leur maître dans les prés verdoyants et fleuris du Devon. L'Ours, Ralph, Shipley et leur dernière recrue, l'aventureuse Roscoe, y vivent de nouvelles aventures racontées avec humour.
    L'Ours, chat à l'air mystérieux et solennel, prouve une fois de plus qu'il a de nombreux secrets et bien plus que neuf vies à son actif ! Ses camarades félins se révèlent toujours plus attachants, et Tom Cox tout aussi charmant dans ce récit sincère et plaisant.
    « À travers le récit de ses aventures loufoques et charmantes mêlant à merveille points de vue de l'homme et du chat, Tom Cox confirme ses talents de conteur. » - Los Angeles Times
    « Un témoignage divertissant dans lequel tous les propriétaires de chats se reconnaîtront ! » - The Conscious Cat
    « Passionnant, amusant, et réfléchi ! Lire l'oeuvre de Tom Cox est aussi agréable que recevoir une lettre d'un ami : c'est un mélange parfait d'anecdotes drôles et de tranches de vie sincères. » - The A.V. Club
    « À mourir de rire. » - The Daily Mail
    « Tom Cox ne déçoit pas et nous offre un nouveau livre charmant et irrésistible. » - Feathered Quill Book Reviews

  • Drôle et attachant, Le Bon, la Brute et le Toudou est le récit réjouissant de la vie d'un homme à la merci de ses chats, des créatures aussi imprévisibles qu'exigeantes... et adorables. Vous ferez la connaissance de l'Ours, un animal qui porte tout le poids du monde sur ses épaules velues, et dont les yeux pleins de sagesse semblent toujours demander « Pourquoi suis-je un chat ? ». Comme tout intellectuel qui se respecte, l'Ours préférerait la solitude afin de pouvoir regarder dans le vide et méditer sur les maux de la société. Hélas, il est condamné à passer ses journées en compagnie de félins au QI nettement moins élevé. Parmi eux, Janet, le mâle si mal nommé, qui met souvent le feu à la fourrure de sa queue en passant près d'une bougie. Ralph, le tigré toujours bien léché qui aime miauler son prénom à 5 heures du matin. Et son frère Shipley, qui adore laper de la soupe en douce, mais qui rentre les griffes dès qu'on l'allonge sur le dos. Et puis, il y a Tom Cox, qui vous charmera par sa plume pleine d'esprit et sa résignation à vivre sous la férule de ses quatre chats. "À mourir de rire." - The Daily Mail "Tom Cox aime les chats et n'a pas peur de le montrer." - Vicky Halls, auteure de Cat Confidential "Dans le genre accro aux chats, Tom Cox est hilarant. J'ai ri à gorge déployée." - Celia Haddon auteure def Cats Behaving Badly "Si vous êtes dévoué corps et âme à votre chat, vous vous retrouverez dans ce récit. Tom Cox vous apparaîtra comme un ami. " - Publishers Weekly "C'est peut-être pour l'Ours que vous commencerez ce livre, mais c'est pour l'auteur que vous le finirez. Bien au-delà de ses chats pleins de tempérament, c'est Tom Cox lui-même le vrai héros de l'histoire. Son récit félin est juste et poignant, mais toutes ces histoires adorables ne valent que par le talent et la profondeur de l'écrivain. " - The A.V. Club "Cette suite d'histoires sur un homme et ses chats, ainsi que quelques rencontres humaines, sont une excellente contribution à la mythologie féline. " - Booklist

  • Hiver 1997. Iouri Trouch, responsable de l´« inspection du Tigre », est chargé d´enquêter sur la mort pour le moins troublante de Vladimir Markov. Ce chasseur expérimenté a été dévoré par un tigre de Sibérie, ses chiens massacrés, son gîte détruit. Tout porte à croire qu´il s´agit d´un meurtre prémédité. Iouri et ses hommes, suivis par John Vaillant, vont entamer une longue traque dans les contrées perdues de la Primorié, sur les traces du tigre de l´Amour qui figure sur la liste rouge des espèces menacées...
    Un récit d´aventure haletant, basé sur une histoire vraie, dans lequel John Vaillant révèle la dévastation de la Russie post-soviétique. Un livre puissant, dans la veine de Dersou Ouzala, sur les rapports entre l´homme et la nature sauvage.
    Le Tigre a reçu le British Columbia´s National Award for Canadian Non-Fiction, et le Globe and Mail Best Book for Science en 2010.
    « Avec Le Tigre, John Vaillant a écrit l´équivalent forestier de Moby Dick. » Amélie Nothomb, Le Monde.

  • Val-Jalbert, un soir de l'été 1946. Alors que la Deuxième Guerre mondiale est enfin terminée et que la Terre entière panse ses plaies, un événement désastreux vient déranger la quiétude de la famille Chardin, dans le petit village ouvrier abandonné depuis une quinze d'années. Hermine l'apprend alors qu'elle chante dans l'opéra La Bohème, au Capitole de Québec. Ses parents étant ruinés, la jeune femme décide de travailler davantage, ce qui la conduira à rencontrer un riche Suisse, Rudolph Metzner, séduisant veuf, mais surtout mélomane et passionné d'art lyrique qui idolâtre en secret le Rossignol de Val-Jalbert depuis ses débuts.

    Après un merveilleux hiver en famille, dans leur maison au bord de la Péribonka, Hermine et Toshan se séparent à regret. La famille de la chanteuse se réfugie à Val-Jalbert, dans la maison de Charlotte appelée le Petit Paradis, pendant que la jeune femme enregistre un disque à Québec, sous l'égide de Metzner. Mais la veille de son retour au Lac-Saint-Jean, l'impresario l'enlève et l'emmène chez lui, où il la retient prisonnière d'une « cage dorée ». Hermine saura regagner sa liberté, grâce au chant, à son talent et de nouveau enceinte de Toshan, elle retrouvera les siens avec un immense bonheur.

  • Décembre 1939. Installée dans leur maison au bord de la rivière Péribonka avec son mari et ses enfants, Hermine est en pleine déprime. La talentueuse chanteuse s'en veut d'avoir perdu un enfant, Victor, alors qu'elle faisait tournée par-dessus tournée dans toute l'Amérique du Nord. Et son moral pourtant fragile subit un autre choc lorsque son mari Toshan lui annonce qu'il s'enrôle dans l'armée et part sur-le-champ à la Citadelle de Québec y subir son entraînement. C'en est trop! Devant le dur hiver jeannois qui s'annonce et sans homme pour les protéger, Hermine prend la décision de déménager la petite famille chez ses parents à Val-Jalbert, son cher village fantôme. Parallèlement, elle loue une maison à Roberval où logeront sa belle-mère Tala et la jeune Kiona. Et lorsque la cabane de Tala est incendiée en pleine nuit, par de sombres inconnus, tous partent se réfugier à la hâte au Lac-Saint-Jean, en lieux sûrs.

    Pourtant, au retour d'une première visite d'Hermine à Roberval, la jeune femme est menacée par des inconnus. Son cheval est alors gravement blessé d'un coup de fusil et elle-même est secourue de justesse par un voisin. Par une série d'indices, Tala comprend alors que ces gens lui veulent du mal pour se venger de la mort d'un homme, tué par son mari, il y a bien longtemps. Comme on s'apprête à fêter Noël et que ses parents ne sont pas là, Hermine décide d'amener Kiona à Val-Jalbert. Quant à Tala, elle part quelques jours en forêt, accompagnée de Madeleine. Or, lorsque Jocelyn et Laura reviennent de Chicoutimi, c'est le drame quand cette dernière aperçoit la jeune Métis. Elle demande à sa fille de la ramener à Roberval, mais Hermine résiste aux crises de sa mère, ce qui donne l'occasion à Jocelyn de faire connaissance de sa fille illégitime.

    De son côté, en permission pour quelques jours, Toshan revient à Val-Jalbert pendant la période des fêtes. Il assiste avec ses enfants et ses beaux-parents à la messe de Noël où Hermine, comme à son habitude, charme son auditoire par son extraordinaire voix. Mais au coeur de l'hiver, le petit Louis est enlevé par Paul Tremblay, l'homme derrière les événements mettant en cause Tala. Le gredin a flairé la bonne affaire, car il a appris que Laura est riche. C'est la panique à Val-Jalbert et lorsque Hermine apprend la nouvelle à Toshan, ce dernier décide de revenir délivrer son demi-frère. Il arrive au moment où les Chardin reçoivent le téléphone de la maîtresse de Tremblay. La femme, honteuse, a décidé de trahir son amant. Grâce à son aide, Toshan retrouve Louis au fond de la caverne du Trou de la fée, à Desbiens puis repart dans la forêt, où l'armée vient d'ouvrir un camp destiné à garder des prisonniers allemands.

    Puis au printemps, alors que l'accouchement de Betty vire au drame, Hermine apprend une nouvelle terrible de la bouche même de Simon, qui doit se marier bientôt avec Charlotte. Les épousailles sont compromises, mais le retour soudain de Toshan, qui songe à déserter l'armée, brouille à nouveau les cartes. Est-ce que les deux amoureux trouveront la force d'affronter à nouveau les épreuves qu'ils pressentent?

  • Dès les premières phrases, on est aspiré par un tourbillon. Le feu a tout rasé. Derrière lui, il ne reste que le conteur, le bavard, et ses paroles de rage et de tristesse qui tombent sur la terre assoiffée.

    Reed Kitchen travaille depuis toujours au chemin de fer. Cest un être lunatique et visionnaire qui possède le don inquiétant de percer le secret des autres. Il est aussi persuadé quil a le pouvoir de faire surgir les trains du fond de la nuit. Il court sur le toit des wagons en marche, chasse le chevreuil en dormant, se dresse devant les locomotives hurlantes et ne cesse de jacasser, comme si ses mots pouvaient réinventer le monde et faire dévier le destin des hommes.

    En route vers une nouvelle affectation sur les rives de la Skeena dans le nord de la Colombie britannique, il est intercepté par un détective qui lui demande despionner ses futurs camarades. Cette mission nest quun prélude à une autre, bien pire, qui amènera Reed Kitchen et ses amis à faire la connaissance dune prostituéee et à baigner, malgré eux, dans une sordide affaire criminelle.

  • Dans un monde chaotique, après l'effondrement progressif et global, irréversible, des sociétés humaines, deux jeunes adultes esseulés partent à l'aventure, chacun de leur côté.
    Lui, accompagné de son chien, jumeau canin, n'ayant jamais croisé d'autres hommes, éduqué et instruit par un robot paternel omniscient, dernier vestige d'une science humaine volatilisée.
    Elle, nourrie de littérature, que ne retient plus, ni parents disparus, ni soeur recroquevillée dans une terreur indicible.
    Ils se rencontreront, vivront des expériences étonnantes, douloureuses le long d'un parcours sauvage où la nature, livrée à elle-même, reprend ses droits cruels au travers d'une évolution surprenante, formidable. Ils croiseront des reliquats de communautés humaines parfois prometteuses souvent délabrées, décadentes et dangereuses.
    Un futur possible, redouté, avec une nuance d'espoir, la survivance du verbe et la force de l'empathie ! Un roman post-apocalyptique s'il faut le définir.

  • Trois hommes marchent dans un brûlé de pins gris. Ils cherchent des morilles de feu, ces champignons élusifs qui font l'objet d'une intense convoitise et fructifient là où un an plus tôt rageaient des brasiers dévastateurs. Loin dans le nord du Québec ou de l'Ontario, ils ratissent d'immenses territoires désolés en guettant dans la suie les signes du mycélium. Quand enfin surgissent les mille têtes argentées, ils se consacrent des jours durant au labeur pénible et exaltant de la cueillette. Ils aimeraient se croire seuls; ils ne le sont pas. Car ici se croisent une faune de petits criminels et d'ermites, attirés par l'illusion de la vie sauvage ou l'appât du gain. Très vite les forces de l'entropie se manifestent. Cartes et GPS égarent les hommes et les rejettent contre des barrières d'épinettes noires, des torrents, des marécages. L'épuisement et les blessures les guettent. Pour échapper au désastre, ils devront comprendre une fois pour toutes que nulle créature n'est autosuffisante. 

    OEuvre sur la puissance de la nature et les dérives d'hommes livrés à leurs obsessions, Cercles de feu tient du western nordique et du road novel. Thierry Dimanche puise à même son expérience de la mycologie et de la forêt et fait résonner, dans ce roman qui évoque Le trésor de la Sierra Madre et La bête lumineuse, les voix de trois compagnons d'infortune à la poursuite d'un objet qui se dérobe pour mieux les révéler.

  • Dans les légendes du pays dort un mystère...Après la mort tragique de son fiancé, il y a trois ans, Lane Bishop pensait ne plus jamais tomber amoureuse. Pourtant, elle ne peut résister au regard sulfureux de Dylan Brodie, un homme aussi sauvage que son Alaska natal. Mais, quand Lane s´installe pour un week-end dans le chalet de Dylan, elle s´aperçoit que les traditions indiennes de la région gardent la mémoire d´un véritable crime... Et qu´un terrible danger menace de s´abattre sur le couple. Dylan devra tout risquer pour découvrir l´incroyable vérité, et pour protéger la femme qui a ravi son coeur.« Une splendide lecture. » RT Book Reviews

  • Pays du Lac-Saint-Jean, janvier 1929 Jacinthe Cloutier exerce toujours la profession d'infirmière à Saint-Prime, son village natal durement touché par des inondations dévastatrices quelques mois plus tôt. Après avoir sauvé un patient atteint de rage à la suite d'une attaque par un loup, elle découvre qu'il est le frère de la guérisseuse du village, la mystérieuse Mathilda. Une amitié sincère lie les deux femmes, mais lorsque cette dernière assiste Alberta, la mère de Jacinthe, lors de son accouchement, les choses tournent mal. S'enclenche alors une série de drames amoindris par la venue au monde du petit Caleb, qui a survécu à sa mère. Jacinthe n'a d'autre choix que d'abandonner son métier pour en prendre soin. Quatre ans plus tard, ballotés entre l'amour illicite que porte toujours Loric pour sa soeur jumelle, Sidonie, et le délire du simple d'esprit Pacôme, qui voit en Anathalie la réincarnation de sa mère Emma, morte tragiquement dans les folles eaux du lac Saint-Jean en 1928, les membres de la famille Cloutier peinent à trouver la sérénité. Réussiront-ils à enfin à saisir un jour ce bonheur tant attendu?

    Second et dernier tome d'une série ayant pour cadre les vastes et magnifiques panoramas du Lac-Saint-Jean, ses plaines fertiles et ses forêts boréales denses et giboyeuses, Les Sortilèges du lac clôt admirablement une courte série riche en émotions, en revirements et surtout en passion. C'est évident, Marie-Bernadette Dupuy est encore et toujours au sommet de son art, au grand plaisir de ses centaines de milliers de lectrices et lecteurs à travers le monde.

  • L´homme est le plus dangereux des prédateurs...Samantha n´aurait jamais cru rencontrer un amant comme Nick Brodie. C´est à Las Vegas qu´elle fait la connaissance de cet ancien policier, aussi fort que fruste, qui a quitté son poste en Alaska. Et la nuit torride qu´ils ont passée ensemble a laissé à Samantha un souvenir inoubliable.De retour au pays, Nick y invite la jeune femme. Le séjour se passerait sans encombre si Samantha et Nick ne se retrouvaient pas mêlés à une affaire de kidnapping et de meurtre. Impossible d´appeler la police - le couple est surveillé, et la vie d´une femme et d´un enfant est en jeu.« Une splendide lecture. » RT Book Reviews« Un mélange bien dosé de romance et de suspense » Publishers Weekly

  • Anglais Snowchild

    Marie Bernadette Dupuy

    The Epiphany, 1916.
    On an unforgivingly cold winter's night in Val-Jalbert, Lac-Saint-Jean, a twelve month-old child, wrapped in furs, is discovered by a nun from the convent school. The discovery of this abandoned girl, possibly afflicted by the dreaded chicken pox, deeply upsets the nuns from Notre-Dame-Bon-Conseil who have just taken on their teaching duties. Val-Jalbert, a small factory-town built at the foot of the Ouiatchouan River, is run by the pulp and paper company. The villagers are hard-working and have everything they need. Life in Val Jalbert flows in an orderly fashion, morally irreproachable.

    The child of the night increasingly disrupts the nuns and their neighbors, the Marois family, who eventually take her in. But where does Marie-Hermine, with eyes so blue, come from? Why did her parents drop her off like a heavy burden on the steps of the convent school? Over the years, the orphan girl will become affectionately known as ``the Winter Nightingale'' because of her extroardinary voice, and she will become the pride of the factory village which is later abandoned, doomed after the closure of the industry in 1927. Homes are now empty, gardens left unattended, and the nuns leave the barren village. During these unfortunate incidents, Marie-Hermine's past resurfaces and jealousies erupt, such as the love of a young metis named Toshan, encountered during a trip to Lac-Saint-Jean.

  • Printemps 1942. Militaire toujours basé à la Citadelle de Québec, Toshan s'apprête à partir pour l'Europe, laissant Hermine à Québec, désespérée. Dès que le beau Métis quitte l'Amérique, la pauvre femme devra affronter la mort de plusieurs de ses proches, ainsi que la disparition inquiétante de Kiona, sa demi-soeur. Tentée de céder à l'amour d'Ovide Lafleur, qu'elle rencontre par hasard à Chicoutimi pendant ses recherches pour retrouver Kiona, Hermine se sent perdue. Peu à peu, elle éprouve du désir pour l'homme qui la fait rire et fait preuve d'une intelligence raffinée et d'une grande culture.

    Mais le destin veille et grâce à son impresario, Octave Duplessis, Hermine s'embarque pour Paris. Alors que la Ville lumière est occupée par les Allemands, Hermine chante dans des cabarets, puis au célèbre Opéra Garnier. C'est dans l'ouest de la France qu'elle retrouvera enfin Toshan, grièvement blessé, alors qu'il essayait de sauver d'une mort certaine une jeune Juive et son fils. En état de choc, il refuse de parler, est froid et distant avec Hermine, qui ne comprend pas son attitude. Leur couple semble en réel danger, et malgré leur retour au Lac-Saint-Jean, rien n'y fait. Renfermé sur un immense sentiment de culpabilité, le Seigneur des forêts n'est plus que l'ombre de lui-même. Heureusement, Kiona, rétablie, saura leur redonner foi en ce grand amour qui les a toujours unis.

  • De retour d'un séjour en France, où elle a chanté dans différents théâtres lyriques, Hermine est confrontée à la disparition de sa demi-soeur Kiona. De son côté Toshan, toujours en Europe, rencontre par le plus grand des hasards une proche parente de la femme avec laquelle il a eu une aventure durant la guerre. Le Métis lui propose de s'établir au Québec, offre que la jeune femme accepte. Alors que Kiona revient enfin de sa fugue, la famille Chardin accueille avec joie celle de Charlotte, revenue d'Allemagne après un périple de trois ans. Or, une tragédie forcera son mari, Ludwig, à accompagner Toshan et son fils Mukki au bord de la rivière Péribonka, où ils devront remettre le camp du Seigneur des forêts en état pour le prochain hiver.

    Alors que comme d'habitude, la saison froide s'annonce longue et rigoureuse, les trois hommes sont-ils au fait des nombreux chassés-croisés amoureux qui forgeront à jamais le destin de plusieurs membres de ce clan si particulier?

  • Un soir glacé de l'Épiphanie 1916, dans le village de Val-Jalbert, au Lac-Saint-Jean, une des religieuses du couvent-école découvre un bébé d'un an, niché dans un ballot de fourrures. Les soeurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil viennent alors tout juste de prendre leur fonction d'enseignante, et celles-ci sont bien désemparées devant la fillette abandonnée, peut-être atteinte de la redoutable picote. Val-Jalbert, bourgade ouvrière édifiée au pied de la chute de la rivière Ouiatchouan, abrite une population vaillante où rien ne manque. Gérée par la compagnie qui fabrique de la pâte de bois pour le marché mondial, la vie s'y écoule dans l'ordre et une moralité irréprochable.

    L'enfant de la nuit bouleversera peu à peu l'existence des soeurs et de leurs voisins immédiats, les membres de la famille Marois, qui la prendront en charge. Mais d'où vient Marie-Hermine, aux yeux si bleus? Pourquoi ses parents l'ont-elle déposée comme un fardeau encombrant à la porte du couvent-école? Dotée d'une voix exceptionnelle, au fil des années, l'orpheline deviendra celle que l'on appellera affectueusement « le rossignol des neiges », l'orgueil du village ouvrier pourtant condamné à l'abandon à cause de la fermeture de l'usine en 1927. À cette occasion, les maisons se vident, les jardins sont abandonnés et les religieuses quittent le village, qui devient quasiment désert. Or, au cours de ces événements fortuits, le passé de Marie-Hermine refera surface, les jalousies écloront, comme l'amour d'un jeune métis, Toshan, rencontré lors d'un passage au bord du lac Saint-Jean.

  • Suite de L'Enfant des neiges, de l'auteure française Marie-Bernadette Dupuy, la vie reprend son cours normal à Val-Jalbert, alors que Toshan, le mari d'Hermine, vient de trouver un emploi à la papeterie de Riverbend. Cependant, cette dernière est toujours possédée par l'envie de chanter et elle décide un matin, sans que personne ne le sache, de passer une audition au Capitole de Québec. Or, le train qu'elle prend à Chambord tombe en panne tout juste avant le sanatorium du lac Édouard, où les voyageurs se réfugient pour la nuit. Pendant le souper, la jeune femme chante pour les patients atteints de tuberculose. Or, l'un d'eux est Jocelyn Chardin, son véritable père. Stupéfait, ce dernier croit reconnaître sa fille, abandonnée au couvent de Val-Jalbert presque deux décennies plus tôt. L'homme condamné par la maladie décide d'en avoir le coeur net et lorsque Hermine revient à Val-Jalbert, déçue par la tournure des événements, il part la retrouver. Jocelyn arrive quelques jours plus tard, incognito, au même moment où sa femme, Laura, annonce qu'elle se marie avec le pianiste Hans Zahle.

    Secoué, Chardin a tout entendu et retourne discrètement le long de la rivière Péribonka, où il trouve refuge dans la cabane de la mère de Toshan. Tala l'accueille dans sa maison... et dans son lit! Ragaillardi, Chardin repart se présenter à sa femme et sa fille, qui incrédules au départ, doivent reconnaître que c'est bien lui. Bien sûr, le retour du mari prodigue ne fait pas l'affaire de Zahle, qui retourne à Roberval en furie. Une guerre encore plus vive débute entre Jocelyn et Toshan, qui s'amplifie jusqu'à ce que le second sauve la vie du père d'Hermine, alors qu'il se noyait dans le ruisseau Ouellet. Une trêve s'impose et les deux hommes décident de rétablir leur relation sur de nouvelles bases. Mais pendant la période des Fêtes, Toshan découvre que sa mère attend un enfant dont vraisemblablement son beau-père est le géniteur. Mais la décision sans appel d'Hermine de jouer dans un opéra, à Québec, bouscule pour de bon la vie de son entourage à un point tel que l'avenir, qui semble pourtant si prometteur, met en danger le sort de la fragile cellule familiale. La jeune femme au talent exceptionnel se retrouve devant un dilemme implacable : devenir une chanteuse adulée à travers le monde, ou bien une simple mère de famille et épouse attentionnée...

empty