• Notre identité est-elle soluble dans un lot de coton égyptien? À Jaffa, lorsque Avraham est tué dans le massacre des Juifs de la ville en 1936, son associé musulman, Ibrahim, décide en quelques heures de se faire passer pour lui afin de récupérer le précieux tissu. Il ne mesure pas alors le poids que cette tromperie aura sur sa femme Miriam. Mais aussi sur leur fille et les générations suivantes. D'Istanbul a? Djerba, de Bâle a? Miami, d'Ancône a? Rome, l'imbroglio identitaire se fera de plus en plus inextricable. Et ce seront Giuditta et Esther qui, de façon détournée, payeront leur tribut a? ces vies dérobées.
    Et vous, êtes-vous sûr de vos origines?

  • À partir de 1881, Guy de Maupassant se rend à plusieurs reprises au Maghreb pour le journal Le Gaulois. Il fait le récit des paysages, des villes et du désert, des moeurs et des cultures qu'il découvre... Il est avant tout un observateur curieux et avide de transmettre.

    Ces articles alternent avec une veine plus engagée, sous la signature "Un colon". Le ton se fait incisif, accablant l'ignorance de l'administration française. Face aux conflits générés par la colonisation, Maupassant condamne la violence de l'État et défend une position qui respecterait les colonisés, croyant une entente possible... tout en ayant conscience des cruautés et des absurdités de l'entreprise française : "C'est nous qui avons l'air de barbares au milieu de ces barbares, brutes il est vrai, mais qui sont chez eux."

    Guy de Maupassant (1850-1893) poursuit des études de droit, est mobilisé lors de la guerre de 1870 puis occupe des postes dans divers ministères avant de se consacrer à l'écriture. Sa vie est d'échanges avec les auteurs majeurs de son temps (Flaubert, Mallarmé, Huysmans...), de liaisons, de voyages qui l'aident à fuir ses troubles de santé et ses angoisses. Il est l'auteur, notamment, de Boule de Suif, Bel-ami, Le Horla. Il est interné à Passy en 1892 où il mourra des suites d'une syphilis.

  • Plus vieille communauté juive du monde (en dehors d'Israël), les juifs d'Égypte ont joué un rôle crucial dans le développement économique, éducatif, intellectuel et culturel de leurs pays au travers des siècles. La trace archéologique la plus ancienne d'une présence juive en Égypte date du milieu du VIIe siècle avant J.-C. Lorsque le pays passe sous domination romaine, toute vie juive cesse jusqu'à la conquête musulmane et l'instauration du califat omeyyade. Bénéficiant du statut de dhimmis, les juifs égyptiens connaissent des hauts et des bas. Enrichie par la venue de migrants du Proche-Orient, la communauté héberge les premiers adhérents de la secte des Karaïtes puis, à l'avènement des Fatimides et des Ayyoubides, entre le Xe et le XIIe siècles, accueille les rescapés des persécutions almohades d'Andalousie et du Maghreb. Cet « âge d'or » égyptien prend fin avec l'arrivée au pouvoir, au milieu du XIVe siècle, des Mamelouks. Réduit à quelques centaines de familles, le judaïsme égyptien se ranime avec l'arrivée d'émigrés judéo-espagnols en 1492 puis à la suite de la conquête du pays, en 1517, par les Ottomans.L'expédition française de 1798 et l'accès au pouvoir en 1805 de Méhémet Ali ouvrent l'Égypte à l'influence européenne. À partir de la moitié du XIXe siècle, des milliers de juifs originaires du bassin méditerranéen, du Levant et d'Europe orientale s'installent en Égypte. Un processus qui s'étiole entre les deux guerres mondiales, victime de la montée du nationalisme égyptien, de l'aggravation de la question palestinienne puis de l'irruption d'Israël sur la scène internationale, de l'émergence des Frères musulmans, de la chute de la monarchie et de l'avènement du nassérisme - des événements qui sonnent le glas de la présence juive dans la vallée du Nil.

  • Dès ses débuts, le protestantisme a rencontré l'islam. C'est l'histoire inédite de cette rencontre aujourd'hui vieille de cinq siècles que raconte en théologien et en historien l'une des jeunes voix les plus remarquables de la Réforme. Automne 1611 : de passage en France, un jeune étudiant protestant hollandais affine sa connaissance de l'arabe avec un musulman d'origine castillane rencontré en région parisienne. Thomas Erpenius, qui sera le premier professeur d'arabe de l'université de Leyde, découvre ainsi que la religion musulmane est d'une richesse insoupçonnée et que les théories médiévales au sujet de celle-ci ne sont pour la plupart que des légendes. À la fin des Lumières, le philosophe luthérien Gotthold Ephraïm Lessing fera quant à lui de l'islam un modèle de la religion naturelle de l'humanité, tandis que le pasteur et philosophe Johann Gottfried Herder chantera les beautés de la poésie islamique. Dès ses origines, la tradition protestante a été traversée par un intérêt récurrent pour l'islam, son prophète et son livre saint. De Luther à Herder et de Michel Servet à Pierre Bayle, Pierre-Olivier Léchot retrace l'histoire de cette passion protestante pour l'islam, qu'elle ait été faite d'angoisse et de répulsion ou de fascination et d'admiration. Un récit passionnant qui place au coeur de ce rapport protestant à l'islam l'étude du Coran et montre combien celle-ci fut déterminante dans la construction de l'identité protestante, y compris lorsqu'il en allait de l'interprétation du texte biblique lui-même.

  • Quels sont les discriminations et les comportements racistes dont sont victimes les musulmans de France ? Quelles sont les situations où ils indiquent avoir fait l'objet de comportements discriminants en raison de leur appartenance religieuse ? Grâce à une enquête réalisée par la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) et la Fondation Jean-Jaurès, un certain nombre de réponses sont apportées afin d'objectiver du mieux que possible une situation finalement mal connue, et donner ainsi aux pouvoirs publics comme aux observateurs une idée précise de l'ampleur des discriminations subies en France par les musulmans en raison de leur religion.

    Ismail Ferhat est maître de conférences à l'Université de Picardie Jules Verne (ESPE d'Amiens) et chercheur rattaché au laboratoire CAREF.

  • Trait d'union entre l'Occident et l'islam, la France et l'Algérie, le grand guerrier et mystique livre ici tous les secrets de sa fabuleuse destinée.
    Soufi libéral, prince de l'islam, héros de la résistance algérienne, Abd el-Kader fut aussi un franc-maçon favorable au progès. En cela, il reste une énigme de l'histoire. Alors que le monde musulman préfère nier son affiliation à la maçonnerie, Thierry Zarcone démêle le vrai du faux et revisite, à la lueur de nouvelles sources arabes et occidentales, l'histoire secrète de l'émir et le rôle joué par son fils aîné et ses descendants dans la construction d'un mythe. Car si le souvenir d'Abd el-Kader a perduré dans la confidence de certaines loges du Caire, de Tunis, de Dakar et de Paris qui portent son nom, son grand retour dans les débats sur l'islam de France, le djihadisme ou la laïcité nous engage à découvrir l'homme derrière le mystère.
    Postface de Franck Frégosi

    Historien et anthropologue de l'islam, Thierry Zarcone est directeur de recherche au CNRS, et enseigne à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence.

  • Présents au Yémen avant l'apparition de l'islam, les Juifs y auraient même fait souche depuis l'époque biblique, bien avant la rencontre légendaire entre le roi Salomon et la reine de Saba. Aujourd'hui, les derniers Juifs du Yémen luttent pour leur survie.

    Dans l'Antiquité, les Juifs du Yémen sont intégrés dans la population locale, dont ils ont adopté la langue et les moeurs. Ils ont réussi à « judaïser » leurs voisins et on leur attribue l'introduction de l'agriculture, de l'irrigation, de l'orfèvrerie ou de la métallurgie.

    Au VIIe siècle, l'expansion de l'islam se déroulant vers l'ouest, le Yémen est relégué au rang de province éloignée. Les califes de Bagdad n'y exercent aucun pouvoir réel, le laissant aux mains de chefs religieux indépendants, sunnites ou chiites, ayant à coeur de soustraire leur population - Juifs compris - à toute influence étrangère.

    Ainsi ce pays est-il resté, du début de l'ère islamique jusqu'au XXe siècle, figé dans des structures et des modes de fonctionnement quasi immuables, ceux d'une société hiérarchisée dans laquelle les Juifs occupent le bas de l'échelle sociale.

    À partir de sources hébraïques, arabes et européennes, Yosef Yuval Tobi explique la place à part occupée par les Juifs yéménites en terre d'Islam et retrace leur longue histoire dans ce pays, qui s'acheva dans la douleur de l'exode au lendemain de la création de l'État d'Israël.

  • Depuis le e siècle, juifs et musulmans vivent côte à
    côte en Tunisie, parfois en paix, parfois en confl it.
    Au e siècle, seules subsistent quelques traces de la
    présence juive en Tunisie. Pourquoi cette cohabitation
    entre les deux peuples a-t-elle duré si longtemps ?
    Pourquoi s'est-elle achevée brutalement ?
    Des débuts de la conquête musulmane à l'Empire ottoman, du
    protectorat français à la Seconde Guerre mondiale, la cohabitation
    entre juifs et musulmans en Tunisie alterne entre tolérance et
    exclusion, concorde et confl its. À cela s'ajoutent les dissensions
    internes entre juifs portugais et juifs tunisiens qui s'exacerbèrent
    à la fi n du e siècle.
    Spécialiste du judaïsme maghrébin, Abdelkrim Allagui retrace
    sans parti pris l'histoire des juifs de Tunisie. À travers l'étude des
    pratiques sociales, économiques et culturelles qui ont fondé les
    conditions d'une coexistence millénaire, il interroge les raisons
    du divorce qui a conduit les juifs à quitter peu à peu la Tunisie
    musulmane.

  • « L'islam s'est imposé par la conquête guerrière », « L'islam est une religion intolérante », « Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes », « L'islam n'intègre pas la modernité », « La place de la femme est à la maison », « On assiste au réveil de l'islam et de l'intégrisme » ... les idées reçues sont légion ! Paul Balta s'efforce de nuancer dans cet ouvrage l'image monolithique et immuable que l'on se fait trop souvent de l'islam.

  • Manuel Musallam nous raconte Gaza, sa vie, son pays et bien sûr les conflits, les haines, les espérances. Un témoignage grave et choc.

  • De Bondy à l'Élysée, le grand récit des Beurs, des banlieues, des échecs et des réussites. Portraits, analyses, révélations : une enquête choc.
    Où en est et où va, en France, la deuxième génération de l'immigration ?
    Il fallait avoir été, comme Antoine Menusier, le rédacteur en chef du fameux Bondy Blog, le premier média des quartiers sensibles, pour en dresser le récit incarné, en dévoiler la face cachée. Et en retracer, de manière inégalée, la généalogie politique, religieuse, militante.
    Comment, à Genève, malgré la montée de l'islamisme, la gauche tiers-mondiste a-t-elle soutenu l'essor de Tariq Ramadan ? Comment, en Île-de-France, avant les attentats du 13 novembre 2015, des imams ont-ils radicalisé leurs fidèles ? Comment, place de la République à Paris, en mai 2016, lors de Nuit Debout, un rappeur a-t-il fait huer le Premier ministre Manuel Valls, alors grand défenseur de l'État d'Israël ?
    Qu'en est-il aujourd'hui du ressentiment de ces indésirés ? Pourquoi des activistes, parmi eux, ont-ils mué en " Je ne suis pas Charlie " ou en " Indigènes de la République " ? Quelles fractures annoncent leur décrochage idéologique ? Va-t-on vers un apaisement ?
    Faits, portraits, témoignages, décryptages, révélations : voici la chronique vraie et sensible, l'enquête inédite et attendue, l'histoire secrète et documentée d'une jeunesse où l'espoir le dispute à la déception, la solidarité à la violence, le fun à la colère.
    Un livre d'intelligence, de coeur et d'objectivité.
    Diplômé de Sciences po, longtemps journaliste au Temps de Genève, Antoine Menusier a oeuvré au Bondy Blog à partir de 2007 et en a été le rédacteur en chef de 2009 à 2011.

  • La conversion de femmes occidentales à l'islam est un phénomène intrigant, même s'il reste relativement marginal. Le peu que nous en connaissons est déformé par les préjugés et l'incompréhension. Mais qu'en est-il en réalité ?
    L'anthropologue Géraldine Mossière, qui s'intéresse aux comportements religieux actuels et à ce qu'ils révèlent des sociétés modernes, a tenté de percer le mystère de Québécoises et de Françaises converties qui se sont confiées à elle au cours d'une enquête passionnante.
    Dans cet ouvrage, elle invite le lecteur à découvrir les trajectoires personnelles et singulières de femmes converties, mais aussi à mieux comprendre la démarche de l'ethnographe dans cet univers exclusivement féminin.

  • Cet ouvrage prend en somme le relais de deux autres précédemment publiés dans la collection « Jésus et Jésus-Christ », Jésus, fils de Marie, prophète de l'islam et Jésus dans la pensée musulmane : du Coran, de ses grands commentaires et des penseurs les plus classiques de l'islam, on passe maintenant aux musulmans du XXe siècle, donc à l'islam d'aujourd'hui.Que disent les textes coraniques, les catéchismes contemporains et les grands commentaires de notre temps ? Qu'en est-il des positions des théologiens, écrivains et poètes ?Prophète appelé Messie « mais sans messianisme », Jésus, la figure fondatrice et centrale du christianisme, demeure pour les fidèles d'Allah et disciples de Mahomet, une énigme : comment ceux-ci pourraient-ils reconnaître en lui le double mystère que la tradition chrétienne confesse sous le nom d'Incarnation et de Rédemption ? Proposées par un grand islamologue et arabisant, l'enquête et la réflexion qui se déploient dans ces pages sont tout imprégnées de l'esprit qui anime l'importante Déclaration conciliaire de Vatican II sur les relations de l'Église catholique avec les religions non chrétiennes.Collection « Jésus et Jésus-Christ » dirigée par Mgr Doré.

  • Du concile Vatican II à Assise et la réunion planétaire des chefs religieux sous l'égide du pape Jean Paul II en 1986, et à Abu Dhabi avec la signature du document sur la Fraternité par le grand imam d'Al-Azhar et le pape François en 2019, le Vatican a amplifié le dialogue avec le monde musulman à l'échelle mondiale.L'Église de France n'a pas été en reste. Ce dialogue est d'autant plus crucial que ces trois dernières décennies ont été marquées par l'essor d'un fanatisme politique et terroriste qui instrumentalise le fait religieux et menace le vivre-ensemble des communautés de foi.Pour la première fois, voici réunis les discours, textes, déclarations, chartes et communiqués, tant catholiques que musulmans, produits depuis Vatican II. Un document exceptionnel qui permet de remonter aux sources mêmes du dialogue islamo-chrétien et de faire entendre comment les deux voix s'interpellent et se répondent. Une contribution décisive au coeur des questionnements de la société française face aux identitarismes de tous bords.Un vibrant appel à l'estime mutuelle.Préface de Mgr Jean-Marc AvelinePostface de M. Mohammed Moussaoui

  • L'illustration du mensonge dans un couple est comme le ver dans un fruit.
    Il se régale du fruit de l'intérieur sans le voir de l'extérieur.
    C'est l'image des couples musulmans noirs de ouest-Afrique en France.
    Ils se focalisent sur l'islam et les traditions pour servir leurs intérêts sans
    même maîtriser les fondamentaux de ce dont ils se revendiquent.
    Pourquoi certaines femmes sont obligées de mentir sur leur virginité
    uniquement pour trouver un mari? Les couples ne se forment pas
    uniquement sur la base des intérêts? C'est un fléau que peu de personnes
    osent aborder.

    La plupart des enfants des immigrés noirs musulmans qui sont nés et
    qui ont grandi en France sont en perte d'identité et de repères.
    C'est ce que j'ai appelé le « triptyque du chevauchement » : l'islam,
    les traditions et la modernité.

    Si l'on pose la question aux hommes ou aux célébrités noirs d'origine
    ouest-Africaine sur le choix de leur future épouse, ils vous répondront
    en majorité qu'ils préfèrent épouser une femme du bled ou une vraie
    femme occidentale, Européenne moderne plutôt qu'une pâle copie. C'est l'une des raisons
    pour laquelle, on constate beaucoup de couples mixtes ou couples entre
    "blédards" avec français d'origine ouest-Africaine.

  • Un texte historique de l'Église catholiqueCe beau texte marque la reconnaissance officielle par l'Église des valeurs constituées par les religions non chrétiennes ; elles ont quelque chose à faire connaître de Dieu, les chrétiens doivent y être attentifs. On retiendra notamment l'accent mis sur le lien fondamental entre les chrétiens et les juifs et sur l'invitation au dialogue fraternel.Retrouvez aussi les 16 textes du Concile Vatican II rassemblés dans un seul livre numérique : Tous les textes de Vatican II.

  • Réformer l'islam - On a beau ne pas partager les convictions d'Éric Zemmour (cette étrange obsession pour la soumission des femmes !), la place qu'a prise le plus dérangeant des essayistes français dans le débat public (notamment avec le Suicide français, 500 000 exemplaires vendus à ce jour) prouve qu'il appuie là où ça fait mal. Le pessimiste, ...

  • Les Français constatent la foudroyante croissance démographique de la communauté musulmane dans leur pays, associée à la montée de l'islam politique, au sécessionnisme caractérisant nombre de quartiers islamisés, et à la multiplication des attentats islamistes sur le sol français ; les Français ressentent dans ce contexte une sourde inquiétude pour l'avenir de la France, leur propre avenir et l'avenir de leurs enfants ; dans le but de répondre à cette inquiétude en apportant aux Français toutes réponses à leurs interrogations et tous éclairages utiles à leur réflexion, le présent essai se propose d'analyser de manière très factuelle et sans déni de réalité la problématique de l'islam : après avoir recensé les principales manifestations de l'islam dans l'Histoire de France, dans l'actualité de la France et dans l'actualité du monde, le présent essai expose les très surprenantes origines de l'islam, avant de s'interroger sur l'avenir tant de la France que de l'islam.

  • Le 5 juillet 1962, l'Algérie devient officiellement indépendante. Ce jour-là, à Oran, un massacre, expéditif, fulgurant même, a lieu. Pendant plusieurs heures, des Européens sont pourchassés à travers la ville par des soldats algériens et des civils en armes. Les forces de l'ordre françaises, fortes de 18 000 hommes, restent consignées dans leurs casernes, obéissant aux ordres du général Katz. Assassinats et enlèvements : près de 700 Européens sont victimes des tueurs. Les morts musulmans, victimes d'une épuration aussi sauvage que hâtive, n'ont jamais été décomptés avec rigueur.

    S'appuyant sur une somme considérable de documents et de témoignages, Guillaume Zeller remet en perspective ce drame oublié qui permet de comprendre ce que fut la guerre d'Algérie dans sa complexité.

empty