• Si son patron ne la battait pas, si elle était justement payée, si on ne lui comptait pas son assiette et son lit, Louise adorerait la terre sur laquelle elle travaille. Une terre incroyablement fertile, qui peut donner huit récoltes par an ! Qui exporte ses légumes jusqu'à Londres, et même jusqu'en Russie.... Une terre qui n'est qu'à une dizaine de kilomètres de Paris, sur un petit village de maraîchers nommé Bobigny. Le jour où vient la raclée de trop, Louise s'enfuit. Direction Paris, où vivent et travaillent sa mère Clémence, et son indéfectible protectrice, Bernadette, génie de la cuisine et de la voyance réunies. Mais Louise a treize ans, et à cet âge, même si l'on rêve de liberté, encore faut-il gagner sa vie...

  • Pute et insoumise

    Karim Madani

    Bombe explosive de Seine-Saint-Denis, la vingtaine à peine, Sarah alterne entre ses deux prestigieux master de droit à Assas et sa vie lucrative d'escort girl. Indépendante et fougueuse, elle s'adapte avec aisance au monde du luxe et de l'ostentation. Aux côtés de Vince, dealer dans les hautes sphères des boîtes de production et des villas fastueuses, la voilà invitée en jet privé, à Saint-Tropez, à Dubaï, où partout, les yeux s'attardent sur ce corps indécemment sensuel, et où sans peine affluent les opportunités. Elle sera pute peut-être, mais insoumise, surtout. Elle portera ses blessures et se refusera d'être un simple objet sexuel. Mais cette vie n'est à l'évidence pas exempte de risques : de Saint-Denis, où sa famille s'éternise dans une vieille barre de HLM, les menaces pleuvent, et son passé inéluctablement la traque et la poursuit...

    Pute et insoumise est le neuvième roman de Karim Madani, auteur de Jewish Gangsta (Marchialy), Les Damnés du bitume (Belfond) ou encore Le Jour du fléau (Gallimard).

  • « Si l'école recule, ce n'est pas la responsabilité des maths modernes, des méthodes globales, du collège unique, c'est parce que socialement notre pays recule, car nous ne nous battons plus suffisamment pour maintenir ce qui paraissait être des acquis sociaux inébranlables. L'école ne fait que suivre l'abandon de la médecine scolaire, de la formation des enseignants, l'explosion de la précarité des familles et le désintérêt pour la "politique".

    On ne saurait faire l'école sans se soucier de la société qui nous entoure, sans trouver des chaussures au petit Syrien qui arrive, sans chercher des solutions de relogement pour les enfants du bidonville rom, sans s'interroger sur ce qui nous pousse à avoir besoin d'aller dans des magasins le dimanche alors que tout le monde se doute que les enfants des caissières sont à l'abandon pendant ce temps. »

    Véronique Decker vit et travaille à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Institutrice puis directrice d'école depuis plus de trente ans, elle revendique la puissance éducative, créatrice et émancipatrice de l'école publique. Un message fort, combatif, plein d'humanité et d'empathie. Elle est l'autrice de Trop classe ! (Libertalia, 2016) et L'École du peuple (Libertalia, 2017).

    Véronique Decker est directrice d'école à Bobigny (93) et militante Freinet.

  • Quatre-vingt lettres écrites à son épouse par le Dr Mass, interné au camp de transit de Drancy du 16 octobre 1941 au 31 juillet 1943, nous font entrer dans l´intimité d´un médecin de la cité ouvrière de Maisons-Alfort victime de la persécution antisémite. Pour sa femme Élisabeth et leur fille Gabrielle qu´il aime profondément, le Dr Mass nourrit l´espoir d´une libération, alors que planent parmi les internés juifs, la famine, la terreur d´être fusillé comme otage puis, à partir de mars 1942, la peur d´être déporté.

    Aucune des protections que pourraient lui valoir son passeport roumain, la Roumanie étant un allié du Reich, ni même son état de santé précaire ou sa volonté de tromper ses bourreaux ne lui épargnent la déportation. Envoyé dans les mines de charbon de Jaworzno, Zacharie Mass, à bout de force, est transféré à Auschwitz-Birkenau où il sera gazé et son cadavre brûlé.

    Cet ouvrage saisit de l´intérieur ce que fut la vie dans le camp de Drancy, où transitèrent la grande majorité des déportés juifs de France durant la Seconde Guerre mondiale.

  • En proposant d´appréhender les populations musulmanes de France par le biais du livre islamique et de ses circuits de distribution, cet ouvrage offre une lecture nouvelle et pertinente de l´islam hexagonal. L´ouverture de librairies islamiques comme la prolifération des points de vente plus informels d´ouvrages portant sur la pratique religieuse musulmane dans les quartiers parisiens de la Goutte d´Or et de la Folie Méricourt datent du milieu des années 1980. Ce phénomène, que l´auteur décrit et analyse en détail, offre la matière à une véritable sociologie urbaine de ces quartiers traditionnellement dévolus à l´accueil des migrants dans l´espace parisien. L´apparition des librairies signale l´aboutissement du processus d´installation pérenne et de communautarisation dans des espaces faussement perçus comme abandonnés et marginalisés. Qui sont cependant les clients fréquentant les librairies ? Quelle relation les lecteurs entretiennent-ils avec le livre islamique ? Quelles sont les motivations conduisant à l´acquisition d´ouvrages mais aussi d´objets en relation à l´islam ? Pour répondre à ces questions, l´auteur s´est livré à une véritable enquête portant sur les catalogues, les thèmes, les auteurs mais aussi les réseaux de distribution, du Beyrouth des années 1980-1990 à la naissance d´une imprimerie islamique parisienne. Cette sociologie historique des réseaux de production du livre s´achève au moment où les indices d´une crise de la demande deviennent manifestes. Comment expliquer cette crise ? Quelle recomposition annonce-t-elle ? Et surtout, que nous dit-elle sur les dynamiques de l´islam en France ? L´auteur livre sur ce point un faisceau d´analyses fort documentées qui sont bien loin des idées reçues.

  • Jacques Saurel, Jahrgang 1933, hätte ohne weiteres das gleiche Schicksal erleiden können wie zahlreiche Kinder von Eltern, die in der Zwischenkriegszeit aus Polen nach Frankreich ausgewandert waren: Auschwitz und die Gaskammer. Seinem Vater verdankt er es, zunächst nicht behelligt worden zu sein: Dieser hatte sich freiwillig zum Militärdienst verpflichtet, war in Kriegsgefangenschaft geraten und deswegen - wie auch seine Familie - durch die Genfer Konvention geschützt. So wurden Jacques, seine ältere Schwester (die jüngste war versteckt) und sein kleiner Bruder drei Monate lang in Drancy interniert und dann mit ihrer Mutter in das "Sternlager" von Bergen-Belsen deportiert.

  • Si l'idée de faire participer la société aux discussions d'intérêt public n'est pas nouvelle, elle a acquis depuis quelques années une lisibilité particulière dans le débat politique et contribue, dans différents pays, à transformer sensiblement les pratiques de la démocratie. À cet égard, le budget participatif apparaît comme un cas emblématique et l'expérience menée sous l'égide du Parti des Travailleurs dans la ville brésilienne de Porto Alegre, dès la fin des années 1980, est devenue le symbole qu'une autre démocratie était peut-être possible. Depuis, la question du budget participatif a connu une vaste circulation internationale et fait l'objet de multiples appropriations et adaptations à l'échelle locale. En France, la ville de Saint-Denis fut l'une des premières à s'intéresser à ce projet et valorise désormais la participation de ses habitants aux discussions sur le budget municipal. Cet ouvrage explore donc les dynamiques du transfert du budget participatif entre la capitale du Rio Grande do Sul et la cité dyonisienne, en s'appuyant notamment sur la notion de paradiplomatie désignant l'action extérieure des gouvernements locaux. Au terme d'une vaste enquête, Osmany Porto de Oliveira met en valeur des données encore peu connues en matière de circulation transnationale des politiques publiques et décrypte les multiples enjeux de ce transfert original.

  • In this book, Odette Spingarn gives us a first-hand account of the various camps of the "final solution" she passed through after being arrested with her parents in a village in Corrèze, France on 31 March 1944: the Périgueux barracks, Drancy transit camp, Auschwitz II-Birkenau extermination camp - where her mother died - one of its sub-camps, Kanada , where she sorted murdered deportees´ clothing and, finally, the Zschopau campfactory in Saxony, Germany, to which she was moved in early October 1944.


    As the Allies approached in April 1945, she and her fellow slave laborers, all of them women, were packed into boxcars bound for a death camp. Odette took her fate into her hands and jumped out of the train, embarking on a long odyssey that she describes in detail. In the end, a German woman saved her life.


    Back in France, Odette´s youth and unshakeable optimism enabled her to build a new life, study, have a career and start a family.

  • Si Jacob Alsztejn brise ici le silence qui fut le sien, c´est pour son petit-fils, Jonathan. Son témoignage, dense et franc, nous plonge au coeur de la plus grande tragédie du xxe siècle : l´extermination planifiée et systématique des Juifs d´Europe pa

  • Régulièrement mais sans tendresse, les regards de l'opinion se tournent vers la Seine-Saint-Denis. À la faveur d'un fait divers ou de l'annonce d'un nouveau plan pour l'emploi, les caméras se ruent sur le territoire pour s'en aller quelques instants après, en un mouvement pendulaire quasi frénétique. Un temps de l'information qui ne se donne pas le temps de voir ces femmes et ces hommes, nombreux, qui vivent et réussissent dans le 93. Ils s'appellent François, Youness, Laurence, Ahmed, Sarah... Ils sont restaurateur, promoteur, producteur ou développeur. Et ils ont choisi la Seine-Saint-Denis pour s'épanouir, créer de l'emploi et de la valeur. À travers les étapes clés de leur parcours d'entrepreneur, ce livre montre la force et la détermination communes à chacune de ces personnalités exemplaires. Cette série de cinq portraits montre aussi à ceux qui s'intéressent au développement territorial la vitalité, les ressources et le dynamisme d'un département au fort potentiel. L'autre visage d'un territoire attachant qui, par-delà les indicateurs sociaux, constitue évidemment un formidable réservoir de talents pour la France d'aujourd'hui et de demain.

empty