• Si son patron ne la battait pas, si elle était justement payée, si on ne lui comptait pas son assiette et son lit, Louise adorerait la terre sur laquelle elle travaille. Une terre incroyablement fertile, qui peut donner huit récoltes par an ! Qui exporte ses légumes jusqu'à Londres, et même jusqu'en Russie.... Une terre qui n'est qu'à une dizaine de kilomètres de Paris, sur un petit village de maraîchers nommé Bobigny. Le jour où vient la raclée de trop, Louise s'enfuit. Direction Paris, où vivent et travaillent sa mère Clémence, et son indéfectible protectrice, Bernadette, génie de la cuisine et de la voyance réunies. Mais Louise a treize ans, et à cet âge, même si l'on rêve de liberté, encore faut-il gagner sa vie...

  • Octave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s´amoncellent, éblouissants, délicats. Tout ce qu´une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d´enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace.
    Zola fait de la jeune fille et de son puissant patron amoureux d´elle le symbole du modernisme et des crises qu´il suscite. Personne ne pourra plus entrer dans un grand magasin sans ressentir ce que Zola raconte avec génie : les fourmillements de la vie.

  • Lucie est persuadée qu'au xxe siècle, les demoiselles de la bonne bourgeoisie parisienne auront le droit de courir toutes nues, d'aller à la messe en cheveux, de parler à table et même, qui sait ? de s'instruire et de ne pas se marier. À quoi bon vieillir, sinon ? Le problème, c'est que nous ne sommes qu'en 1885 et qu'à treize ans, la seule éducation qu'une jeune fille comme Lucie est censée recevoir consiste à savoir tenir une maison pour devenir une épouse accomplie. Hygiène, lessive, cuisine : Lucie est envoyée faire son apprentissage avec Annette, Fanny et Marceline. Si ses parents savaient... Il se passe parfois des choses étranges, dans les communs des maisons bourgeoises. Les domestiques peuvent s'y révéler plus passionnants et subversifs que des livres. On y fait des révolutions en secret. On y organise des expéditions aux Halles au petit matin, ce Ventre de Paris peint par Monsieur Zola d'où sortiront bientôt tant d'idées neuves, socialisme, anarchisme, féminisme...

  • Qui, en dehors d'Haïti, a déjà entendu parler de la bataille de Vertières, point d'aboutissement spectaculaire et sanglant de la guerre d'indépendance haïtienne? Qui sait que cet affrontement s'est soldé, en 1803, par l'une des pires défaites napoléoniennes? Que les Noirs s'y réclamaient des idéaux de la Révolution? Ceux qui connaissent cette histoire sont peu nombreux, car la France vaincue s'est employée à effacer les traces de sa déconfiture. Pourtant, cette bataille aurait dû faire date : son issue, désastreuse pour la puissance coloniale française, allait fissurer de manière irrémédiable les assises de l'esclavage.

  • Sophie Germain est une mathématicienne du 19ème siècle, une pionnière qui s'est frayée un chemin dans le monde scientifique grâce à sa détermination et son culot. À treize ans, pour échapper à la tourmente révolutionnaire, Sophie Germain se réfugie dans les maths qu'elle apprend en cachette. En 1797, elle se fait passer pour Le Blanc, un étudiant, afin d'obtenir les cours de Polytechnique. Elle utilise le même pseudo pour correspondre avec les plus grands mathématiciens de son temps et en 1816 devient la première femme récompensée par l'Académie des sciences. Une success story ? Pas vraiment. Malgré son audace et son talent, Sophie Germain, la femme cachée des maths, retombera vite dans l'oubli. Il est temps pour elle d'entrer dans la lumière...

  • Chez les Indiens Zapiros, gare à celui qui ne trouve pas les mots pour se défendre ! C'est le cas du jeune Tarir qui se fait traiter de mangeur de capincho, la pire des insultes chez les Zapiros, et qui encaisse en silence. Grave erreur. Ne rien dire, c'est laisser la rumeur se répandre, la calomnie s'abattre sur lui et son clan. Tarir devient alors un paria. Il doit fuir s'il ne veut pas mourir. Il peut aller mendier comme tant d'autres indiens à Los Blancos ou rejoindre les meurtriers, les sacrilèges dans la forêt du Pays mort...

  • Dans la nuit tropicale, un jeune garçon s'enfuit. Il s'appelle Edmond, mais n'a pas de nom de famille. C'est un garçon étrange, passionné, d'une intelligence hors du commun. Il n'a jamais appris à lire, pourtant il connaît le grec ancien. Il n'est jamais allé à l'école, mais ses connaissances en botanique égalent celles des meilleurs savants. Edmond est noir, il est né esclave. Il est orphelin, mais n'a pas connu le même sort que ses parents. À sa naissance, un homme blanc l'a pris sous sa protection, l'a aimé, l'a presque adopté. Et cet homme, ce soir, vient de le trahir. Dans sa fuite, Edmond emporte deux secrets. Le premier est un secret terrible, qu'il ne peut révéler à personne. Le second est au contraire un secret miraculeux, une découverte extraordinaire qu'il a faite lui-même, et qui peut changer le destin de son île. Mais qui croira la parole d'un enfant noir, en 1841 ? Ce livre raconte une histoire vraie. Elle se passe sur l'île de la Réunion, alors appelée île Bourbon, à l'époque où, malgré la Déclaration des droits de l'homme, les mains coupées des esclaves ornaient encore les couloirs des maisons des maîtres, à l'époque où tout un peuple vivait et mourait dans les champs de canne à sucre.

    Ce livre a reçu le prix Obiou 2013 organisé par l'Association Animation Développement Tourisme (Alpes du Sud-Isère).

  • A douze ans, le monde de Calpurnia Tate ne dépasse pas les limites du comté de Caldwell. Mais, pour qui sait regarder avec étonnement et curiosité, il y a là mille choses à découvrir. Son frère Travis rapporte à la maison un tatou, des geais bleus et un coyote, toutes sortes d'animaux sauvages qu'il veut apprivoiser en cachette. Et son grand-père initie Calpurnia aux mystères des sciences naturelles. 
    La famille de Calpurnia accueille sa cousine Aggie, et, surtout, un vétérinaire vient s'installer près de chez eux. Pour Calpurnia, c'est l'occasion rêvée de donner enfin corps à ses ambitions...

  • « Mister Splitfoot, si tu y es, frappe deux fois ! » Qui se souvient de lincroyable destin des surs Fox, ces deux fillettes de lAmérique puritaine qui, par une nuit de mars 1848, en réponse aux bruits répétés qui secouent leur vieille ferme, inventent le spiritisme comme on joue à cache-cache ?
    Kate, dabord, sorte delfe à la fois espiègle et grave, pleine de fantaisie et de mystère, Margaret, fascinée par la médiumnité de sa petite sur, et enfin Leah, de vingt ans leur aînée, qui, avec laide dhommes daffaires de Rochester et de financiers de Wall Street, rêve de fonder un empire à partir de ce nouveau jeu de société un rien macabre Avec Théorie de la vilaine petite fille, Hubert Haddad revisite magistralement, dans un style ample et endiablé, un demi-siècle de la folle Amérique, celle du libéralisme naissant, des sectarismes et de toutes les utopies. Il nous offre un roman facétieux, jubilatoire, émouvant, dont on ressort étourdi et joyeux comme dune baraque de train-fantôme, avec en tête la ritournelle dun negro spiritual ou dun vieux folksong. Auteur dune uvre immense, portée par une attention de tous les instants aux ressources prodigieuses de limaginaire, Hubert Haddad nous implique magnifiquement dans son engagement dintellectuel et dartiste, avec des titres comme Palestine (Prix Renaudot Poche, Prix des cinq continents de la Francophonie), les deux volumes foisonnants du Nouveau Magasin décriture et le très remarqué Peintre déventail (Prix Louis Guilloux, Grand Prix SGDL de littérature pour lensemble de luvre).

  • Hector France n'est pas un écrivain pour lecteurs délicats. Officier en Algérie durant les années 1860, il compose ici à partir de ses souvenirs de jeunesse seize fictions qui forment les mille et un jours du cauchemar colonial.
    Armé d'un style affûté et d'un humour grinçant, loin de se complaire dans des bizarreries exotiques nimbées des vapeurs du kif, il écorche vif l'orientalisme flamboyant : délires de soldats traumatisés, bassesses révulsantes de misérables poussés à la dernière extrémité, ignominies des puissants - le cynisme et l'oppression envahissent la scène jusqu'à basculer parfois dans l'horreur pure.
    La gifle remue aujourd'hui avec d'autant plus d'efficacité que Sous le burnous, paru en 1886, constitue comme une épouvantable préface à l'autre guerre d'Algérie - en réalité la même, sans doute - dont les plaies profondes n'ont pas fini de suppurer.

  • L'avant-dernier tome de la grande fresque de L'Histoire de France en BD pour les Nuls ! Consacré au XIXe siècle ! 1815. Fini le Grand Empire ! Bonjour la Restauration...de la royauté avec Louis XVIII, le frère de Louis XVI.
    L'influence des royalistes se renforce en 1824 avec Charles X qui refuse toute réforme.
    Le peuple souffre et se révolte les 27, 28 et 29 juillet 1830 - les Trois Glorieuses.
    Avec Louis-Philippe, la France est prospère. Sauf pour le peuple... Nouvelle Révolution en 1848 ! IIe République ! Son président devient en 1852 l'empereur Napoléon III qui modernise le pays mais... les Prussiens l'attaquent, le vainquent.
    Napoléon III ? Il est fait prisonnier à Sedan le 2 septembre 1870. Deux jours plus tard, la IIIe République est proclamée. L'année suivante, la Commune de Paris subit une terrible répression.
    De 1894 à 1906, l'affaire Dreyfus déchaîne un antisémitisme redoutable. Le début du XXe siècle est appelé la Belle époque. Juste avant la guerre atroce...

  • Dans le Brésil esclavagiste de la deuxième moitié du XIXe siècle, pris entre l'héritage colonial et l'impérialisme industriel naissant, Francisco João de Azevedo, prêtre passionné de science et de technique, invente des instruments pour libérer l'être humain du joug du travail et favoriser la mutualisation des savoirs. Il rêve d'un Brésil nouveau, moderne, égalitaire. C'est ainsi qu'il conçoit un prototype de machine à écrire, taillé dans le bois massif, qu'il transporte de Recife à Rio de Janeiro pour l'Exposition nationale de 1861 avec l'espoir que celui-ci pourra rapidement être reproduit et diffusé. Les obstacles qui l'attendent sont nombreux, mais la machine à écrire trouvera un chemin détourné jusqu'à Remington, le marchand d'armes. Ce roman historique raconte une époque charnière de l'histoire du Brésil et le combat d'un prêtre défroqué, inventeur, abolitionniste, en avance sur son temps, mais à côté de sa vie.

  • William Morris (1834-1896), par son éclectisme, fut l´une des personnalités emblématiques du XIXe siècle. Peintre, architecte, poète et ingénieur, maniant avec autant de talent la plume que le pinceau, il bouleversa la société victorienne en refusant les standards instaurés par l´industrie conquérante. Son engagement dans la rédaction du manifeste socialiste fut la suite naturelle de cette révolution qu´il incarna dans l´habitat, les formes et les couleurs. Précurseur des designers du XXe siècle, il fut le co-fondateur, avec John Ruskin, du mouvement des Arts and Crafts. En homme libre, William Morris ouvrit les chemins qui conduisirent à l´Art nouveau et, plus tard, au Bauhaus. Cet ouvrage décrypte les rapports étroits entre idéaux et création, entre évolution et révolution, en s´appuyant sur l´essentiel de son OEuvre écrit et visuel.

  • La France dans la deuxième moitié du XIXème siècle a été terre d'espoir, d'asile et d'assimilation pour nombre d'habitants d'Europe-centrale. Le destin fera se rencontrer à Paris quatre familles : juive polonaise, germanique d'Hermannstadt, lorraine, aveyronnaise...

  • Neuf ans, Molly Galloway n'a plus que son petit frère, sa poupée de chiffon et une boîte de fer-blanc renfermant le maigre trésor de sa famille. Et une parole de sa mère attrapée au vol, dans le délire de son agonie : « Quelque part, on t'attend... » Nous sommes en 1847. L'Irlande se meurt.Commence alors le périple de Molly Galloway, une jeune immigrante intrépide et courageuse parcourantl'Amérique du 19e siècle. Skibbereen, Montréal, Kingston, St. Catherines, Vicksburg, Richmond et Washington sont quelques-unes des villes qui marquent ses mille vies. Nourrie des bouleversements de son époque, Molly prend le train des idées et des combats pour la vie et la liberté. Ses chemins la conduisent sur les pavés des villes naissantes, les rails des chemins de fer et les tranchées des champs de bataille.Une saga aux personnages forts qui met en scène de grands moments de l'histoire de Montréal, du Québec et de l'Amérique au coeur du 19e siècle.

  • À qui profitent les ressources du Québec ? Qui contrôle nos forêts, nos mines et les produits de nos terres agricoles ? Qui choisit la voie qu'empruntera notre développement hydro-électrique ? Qui décide du sort de nos réserves d'eau potable ? Si, depuis la Révolution tranquille, nous sommes vraiment «maîtres chez nous», d'où vient ce sentiment que nos ressources sont encore pillées?

    Dépossession répond à ces questions persistantes, attaquant l'idée - chère à l'imaginaire québécois - selon laquelle le projet de souveraineté économique des années 1960-1970 est accompli. L'histoire ici retracée est celle d'une perversion, d'une corruption au sens propre du terme. Est-il en effet possible que la Révolution tranquille ait contenu en germes le néolibéralisme que l'on connaît aujourd'hui ?

    Parcourant l'histoire de l'agriculture, de la forêt, des mines, de l'énergie et de l'eau, cet ouvrage met à nu les racines du malaise profond qui perdure depuis plus de quarante ans lorsqu'il est question de nos ressources naturelles. Il sera suivi d'un deuxième tome sur les services publics.

  • Conveying six centuries of gallantry, serving as the world capital of fashion and love, Paris is the very symbol of eroticism and of joyful sexuality. Offenbach, in La Vie Parisienne, had already created a hymn dedicated to the pleasure of senses.

    The author, with complete freedom, follows André Malraux's approach by building an
    imaginary museum, in a Paris where time no longer exists, space is neverending, and desire is always present.

    The iconography is exceptional, coming from unpublished private collections and covering five centuries of Paris' erotic story. It is accompanied by an academic text which allows the reader to discover this world, never vulgar and always subtle, from when the first man looked at the first woman: eroticism.

  • In the 1920s, Berlin, once perceived as a puritan city, became the capital of lust and the debauchery of morals.
    It was in this capricious town that an exceptional museum dedicated entirely to eroticism opened its doors. Abandoning all aspects of voyeurism, the Erotic Museum in Berlin is a magical place in which the imagination of man and the most refined works of art interact. This remarkable book is comprised of more than 350 rare illustrations, and accompanied by a major study written by, history professor, HansJürgen Dpp. It covers various aspects of erotica throughout time and continents.

  • Amsterdam n'est pas sulement célèbre pour ses canaux, ni pour son impressionnante
    collection de Rembrandt, Vermeer et Van Gogh, mais aussi pour son musée dédié à Vénus, qui accueille plus de 500 000 visiteurs par an. Les voyageurs du monde entier se pressent dans cet immeuble insolite, à deux pas de la gare, appelé « Le Temple de Vénus ».
    Réunie dès 1985 par Monique Van Marle et son père, cette collection d'oeuvres érotiques est exceptionnelle par la qualité de ses objets, gravures et très anciennes photos. Abandonnant toute idée de voyeurisme, ce musée a l'ambition d'être un endroit privilégié de l'histoire artistique de l'érotisme. L'auteur nous y entraîne pour une visite guidée, aidé dans sa tâche par une iconographie riche et variée.

  • La fiction d'aventures occupe une place importante dans la production littéraire au Québec entre 1837 et 1900. De jeunes hommes issus des professions libérales, comme Joseph Marmette, Wenceslas Eugène Dick et Pamphile Le May, adaptent à un contexte québécois les procédés d'Eugène Sue, Alexandre Dumas et James Fenimore Cooper. Guerres de la Nouvelle-France, poursuites dans les bas-fonds montréalais, complots et meurtres sur les terres de la colonisation : le roman d'aventures chante les actions héroïques ou explore les recoins les plus sombres de l'âme humaine. Souvent jugé immoral par les autorités religieuses, le genre gagne pourtant en popularité grâce aux avancées de la presse et de l'alphabétisation. Les femmes, ferventes lectrices, inspirent des héroïnes fortes et patriotiques. Les trente-deux récits étudiés dans cet ouvrage expriment non seulement un désir d'évasion, mais aussi des réflexions politiques et juridiques pour la défense des droits dans la société canadienne-française.

  • Pionnier au Portugal, son pays d'origine, Amadeo de Souza-Cardoso (1887-1918), fut aussi bien in fluencé par l'impressionnisme que par le fauvisme, l'expressionnisme et le futurisme. C'est en côtoyant des artistes tels qu'Amedeo Modigliani, Diego Rivera et Gaudí avec qui il se lia d'amitié qu'il développa son propre style, mêlant tradition et modernité. Emporté prématurément par la maladie, cet artiste avant- gardiste encore peu connu laissa quelque cent-cinquante toiles et reste considéré comme l'un des plus grands artistes portugais de sa génération.

  • Inédit jusquà ce jour, ce Journal intime apporte un éclairage neuf sur la bourgeoisie québécoise de la fin du XIXe siècle. Ce nest pas un livre dhistoire, mais le témoignage dune femme cultivée, franche et déterminée, qui na pas peur de ses idées et qui jette un regard lucide sur les personnalités politiques quelle côtoie et la vie socio-culturelle de son époque.

    Ce Journal intime débute en 1879, Joséphine vient davoir dix-sept ans. Cest une jeune fille rêveuse qui lit les grands Romantiques, sintéresse au théâtre et sinterroge sur lamour et les sentiments. Quand elle le termine en 1900, elle est âgée de trente-huit ans. Ce document retrace à la fois le parcours dune femme vers la maturité et brosse le tableau dune époque presque oubliée.

    À cette époque, la bourgeoisie nest plus royaliste ni vieille France : elle souvre aux valeurs et aux idées libérales. Pour elle, lÉglise existe à peine, derrière un clergé mal formé et une population aigrie un temps seulement par sa tentative de rébellion et par la pendaison de Riel. Nos intellectuels lisent Lamennais, Chateaubriand, Eugène Sue et le Journal des Débats. Ils suivent avec passion lopéra et le théâtre classique ou romantique. Leurs yeux sont tournés vers Londres doù viennent les décisions majeures, et vers Paris dont ils admirent le Second Empire. Joséphine Marchand, fille dun premier ministre et épouse dun sénateur, est la conscience aiguë du Québec de ce temps

  • 1831. Alexis de Tocqueville visite la province du Bas-Canada. Déjà sa réflexion sur le système socio-politique canadien s'amorce et se poursuivra pendant plus d'un quart de siècle. La rébellion des Patriotes de 1837-1838 gronde... 1898. André Siegfried fait son premier voyage en terre d'Amérique et assiste à la marche vers l'indépendance de la colonie canadienne. Tocqueville et Siegfried, tous deux préoccupés par les valeurs de liberté, image qu'a toujours projetée l'Amérique, ont porté un regard critique sur la situation à deux époques différentes.

  • Étienne Parent, le premier «classique autochtone» de l'étude des sciences sociales, est peu connu aujourd'hui. Découvrez l'homme, son oeuvre et sa contribution à la société canadienne-française.

empty